S’il y a bien une chose à laquelle tout individu pense à de nombreuses reprises au cours de son existence, c’est bien la façon à adopter pour être bien dans sa peau, pour se sentir en accord avec soi-même dans l’esprit et dans le corps et pour y parvenir on peut s’exercer à la méditation et au yoga ou encore utiliser des accessoires particuliers contribuant à la zen attitude.

Les bouddhistes ne sont pas matérialistes, mais apprécient certains objets

Même si des croyants tels que les bouddhistes n’accordent que peu d’importance aux objets et surtout qu’ils n’ont pas d’attachements à ces derniers ni même aux personnes afin de n’avoir aucune espèce de dépendance, il n’empêche qu’ils apprécient, surtout les Tibétains dans l’ancien temps à se détendre avec des objets tels que l’anneau de tracas ou renommé aujourd’hui hand spinner. Le hand spinner ressemble à une hélice et fait du bien à l’esprit en le faisant tout simplement tourner avec la main, c’est un peu dans le même esprit, même si différent, du moulin à prières.

Quelles sont les clefs du bonheur ?

La société occidentale tire son fonctionnement de son histoire, des colonisations, des mouvements de populations qui engendrèrent des réactions variées et comportements associés également à des façons de pensées influencées notamment par la religion, ici le christianisme. Indépendamment de tout cela, si l’on prend quelques instants en se demandant où se situent les gens les plus heureux sur terre, les spécialistes seront à même de dire qu’ils se concentrent en Asie, car si on les compare avec des Européens, on se rendra vite compte qu’au quotidien ils sont plus heureux, car ils ne sont pas étouffés par la société de consommation, du moins pas encore, se suffisent de peu et sont pour beaucoup d’entre eux croyants. Les bouddhistes se préoccupent davantage de l’autre, ce qui contrairement à ce que peux penser un Européen apporte bien plus que ce qu’il croit et est comme le dirait un Indien d’Asie bon pour le karma en utilisant de ce fait l’altruisme.

Faut-il fuir la société de consommation pour être plus heureux ?

Certains diront qu’ils sont comme dépendants à la société dans laquelle ils évoluent avec l’utilisation permanente des smartphones, Facebook et autres produits technologiques tandis que d’autres veulent à tout pris y échapper afin de pouvoir se recentrer sur eux-mêmes et de penser à des choses vraies, à la nature, aux véritables aspects de la vie en s’immergeant un long moment en pleine nature comme c’est le cas de Lucas Besse-Dicaire, un jeune homme de 23 ans qui vit comme Tarzan dans un wigwam (sorte de hutte) et cela depuis plusieurs années déjà, incroyable, mais vrai !