Business

Créer une micro entreprise en 2021

Par Jean, le 11 avril 2021 — 6 minutes de lecture

Avant toutes choses, il faut comprendre que créer une micro-entreprise, c’est devenir auto-entrepreneur. Pour cela, il est important de comprendre le statut de ce dernier. Il est important de bien respecter les démarches administratives de création de micro-entreprise ainsi que les procédures fiscales et sociales à suivre par l’entrepreneur pour entrer dans ce régime.

Les essentiels de la création de micro-entreprise

Tout d’abord, pour créer une micro-entreprise, il faut être majeur ou mineur émancipé. Il est possible de devenir auto-entrepreneur en quelques étapes . La plus cruciale dans la création d’une auto-entreprise est de suivre les démarches administratives. Aussi, aucun apport de capital de la part de l’entrepreneur n’est obligatoire pour créer une micro-entreprise ; ce qui constitue un réel avantage pour les personnes qui n’ont pas de fond important pour le lancement de leur projet. Désormais, la création d’une entreprise peut se faire en ligne.

Pour les micro-entreprises, le chiffre d’affaires est aussi pris en compte pour la détermination des charges sociales. Les cotisations sociales sont déterminées à partir du chiffre d’affaires de l’entreprise. Un auto-entrepreneur qui suit le régime micro-entreprise a également plus de choix quant au versement des cotisations URSSAF. Il peut le faire, soit tous les mois, soit tous les trois mois. En ce qui concerne la déclaration du chiffre d’affaires de l’entreprise, c’est à l’auto-entrepreneur de le faire. Suite à cela, les cotisations sont prélevées automatiquement sur son compte bancaire. Au cas où un auto-entrepreneur qui suit le régime micro-entreprise n’a pas de recette, il n’est pas obligé de payer les cotisations fiscales et sociales de son entreprise. Ceci est une très bonne chose pour les micro-entreprises car la situation financière peut être assez difficile, surtout les premières années.

En matière de comptabilité de l’entreprise, les charges sociales d’un auto-entrepreneur qui suit le régime micro-entreprise sont réduites par l’ACRE. Ceci se produit surtout au début de son activité. C’est également à l’auto-entrepreneur de faire la déclaration ou le paiement de l’impôt sur le revenu de manière simple (en fonction de son chiffre d’affaires). Contrairement aux grandes entreprises, la comptabilité des micro-entreprises a été facilitée. Elle se résume à tenir un livre de recettes ainsi qu’un registre des achats (détermination du chiffre d’affaires). L’auto-entrepreneur trouve aussi son avantage en matière de TVA puisqu’il a droit à une franchise.

Choisir l’activité de sa micro-entreprise

Pour les micro-entreprises, il est possible d’exercer différentes sortes d’activités. L’auto-entrepreneur qui veut suivre le régime micro-entreprise doit faire le choix de son activité dès la création avant de procéder aux démarches administratives. Ces derniers peuvent démontrer quelques nuances par rapport au type d’activité de la micro-entreprise. En tout cas, on peut devenir auto-entrepreneur dans les domaines commerciale, artisanale et libérale.

  • Commerciales

La catégorie commerciale intègre plusieurs types d’activités pour une entreprise ; notamment la vente et l’achat de marchandises ainsi que de denrées que ce soit dans un restaurant ou une brasserie. Les prestations de services commerciales sont également incluses dans cette catégorie. Il peut s’agir de chambre d’hôte et d’intermédiaire de commerce. C’est une activité qui peut être choisie par toutes personnes voulant devenir auto-entrepreneur suivant le régime micro-entreprise.

  • Artisanales

La catégorie artisanale fait partie des plus lancés et des plus choisis par les personnes qui veulent devenir auto-entrepreneur. Dans cette catégorie, on distingue toutes les activités de création et de fabrication (comme la création d’accessoires de mode par exemple). Il y a également les activités de services, dont la plomberie et les entretiens qui peuvent être proposés par l’entreprise.

  • Libérales

Les activités qui sont destinées aux micro-entrepreneurs dans le domaine du libéral sont assez diversifiées. Il y a, par exemple, les activités de formation, d’animation ou encore de coaching et des autres types de services proposés par les entreprises libérales.

Bien que la majorité des activités professionnelles soient faisables pour les auto-entrepreneurs qui veulent suivre le régime micro-entreprise, il existe des exceptions. On distingue, les locations immobilières, les activités artistiques payées, la vente de véhicules neufs ou encore les officiers publics. Il est nécessaire de bien se renseigner avant de décider si le statut de micro-entreprise convient à l’activité que l’auto-entrepreneur veut faire lors de la création de son entreprise (en ligne ou en local).

Par contre, certaines activités sont sous conditions, telles que la possession d’un diplôme particulier. C’est le cas des métiers de la construction, les métiers de coiffeur et d’esthéticien ou encore les activités de ramonage. Aussi, si vous souhaitez devenir auto-entrepreneur, il ne suffit pas de choisir parmi les métiers qui rapportent en auto-entreprise il faut tenir compte de sa faisabilité dans le domaine de la micro-entreprise.

Il est important de bien connaître la catégorie de son activité lors de la création d’une micro-entreprise en ligne et devenir auto-entrepreneur. C’est ce qui permettra de déterminer à quel centre de formalité des entreprises l’activité de votre micro-entreprise est rattachée. De plus, certains métiers, comme les activités commerciales nécessitent l’obtention d’un extrait d’immatriculation.

Autres informations

Pour aller plus loin, il faut savoir que devenir auto-entrepreneur et créer sa micro-entreprise n’est pas simple. Il est important de se renseigner sur les multiples éléments qui constituent le domaine. Ne pas les connaître peut nuire au bon fonctionnement de l’entreprise et des activités d’un auto-entrepreneur. On peut citer, les types de régimes à appliquer ainsi que leur spécificité, les charges sociales afin de connaître les taux de cotisations selon toujours l’activité de l’entreprise. L’imposition constitue également une information importante. C’est elle qui permet à l’auto-entrepreneur de connaître l’abattement forfaitaire de son entreprise qui est déterminé selon le chiffre d’affaires. Bien se renseigner sur l’imposition donne également la possibilité d’en savoir plus sur les modalités. Ici encore tout dépend du type d’activité que l’auto-entrepreneur doit mettre sur pied.

Devenir auto-entrepreneur par la création de micro-entreprise est plus simple à certains niveaux (surtout en ligne). Quoi qu’il en soit, il est essentiel de bien les connaître afin de pouvoir profiter des modalités qui vont avec.