Le portage salarial séduit de plus en plus de travailleurs indépendants. Il s’agit d’une forme d’emploi dédiée aux freelances qui souhaitent bénéficier des avantages du salariat, sans toutefois lésiner sur leur indépendance. Le consultant est porté par une société de portage salarial qui le rémunère. De manière générale, le salaire brut du travailleur indépendant équivaut à son chiffre d’affaires, mais pour ce qui est du salaire net, d’autres paramètres entrent en compte. Voici quelques explications sur le calcul de la rémunération réelle en portage salarial.

Utiliser un simulateur de salaire de portage salarial

Il existe un outil qui permet d’avoir une estimation exacte de ce que sera le salaire net d’un consultant freelance ayant opté pour le portage salarial. Le but est de simuler le salaire en fonction de plusieurs données, dont le montant du chiffre d’affaires mensuel, les frais professionnels mensuels, et le taux de frais de gestion. Le simulateur de salaire est simple à utiliser et permet d’anticiper le montant à percevoir à la fin du mois. En effet, comme les travailleurs freelances ne perçoivent pas un salaire mensuel fixe, il peut parfois être utile d’avoir une idée de sa rémunération pour chaque mois.

Le calcul du salaire brut

Le calcul du salaire brut d’un travailleur porté est simple, il équivaut à son chiffre d’affaires, auquel est soustrait les avantages sociaux de sa société de portage : congés payés, primes, etc.

Le chiffre d’affaires correspond au montant des honoraires facturés aux clients. Ce tarif est fixé par le consultant lui-même, mais le taux journalier doit toutefois être supérieur à 300 euros dans le domaine du portage salarial. C’est de ce salaire brut que le salaire net est ensuite calculé. Des frais de gestion, des cotisations sociales et la mutuelle de l’entreprise de portage en sont déduits.

portage salarial

Les frais de gestion de la société de portage

L’entreprise de portage, en portant des consultants indépendants, doit aussi s’en sortir gagnant en se rémunérant via les frais de gestion. Il s’agit d’un pourcentage prélevé sur le chiffre d’affaires du travailleur porté. Son montant varie selon les sociétés, mais représente en moyenne entre 5% et 10% du chiffre d’affaires du freelance. Ce montant est fixé en fonction de l’ancienneté du consultant, mais aussi du montant de son salaire brut. Plus ce dernier est élevé, moins les frais de gestion sont prélevés.

Les cotisations sociales

Comme tout salarié d’une société, le consultant doit verser des cotisations sociales. Dans le portage salarial, la participation aux cotisations sociales est obligatoire pour le salarié et pour la société. Le consultant se charge de s’acquitter des charges salariales tandis que l’employeur s’occupe des charges patronales.

Les frais de fonctionnement

Le consultant freelance a forcément des frais professionnels dans le cadre de son activité. Il peut s’agir de frais de mission, c’est-à-dire de ses dépenses lors de ses déplacements, ses repas ainsi que son hébergement. Ces frais peuvent être négociés auprès des clients pour s’ajouter au salaire net. Il peut également s’agir de frais de fonctionnement pour payer l’abonnement à internet par exemple ou pour l’achat de fournitures. Ils sont également pris en compte dans la fiche de paie du travailleur freelance.

Le salaire net

Une fois tous ces paramètres pris en compte, il est possible d’obtenir le salaire net du consultant. Il suffit de déduire les frais de gestion et les charges sociales du salaire brut. Le freelance devrait ainsi toucher entre 45% et 50% de son chiffre d’affaires.

Il faut savoir que le travailleur porté bénéficie d’une rémunération minimale garantie calculée selon le montant horaire prédéfini dans le contrat de travail. Ainsi, en cas de clients irrespectueux, le freelance continue à recevoir régulièrement sa paie et les relances sont gérées par la société de portage.