Cette année, la tendance en matière de déco de Noël est de s’inspirer de Dame nature. Entre les cordons de la bourse qui sont en berne et les émissions qui mettent en avant les conséquences de notre mode de consommation, les idées ne manquent pas pour que Noël se mette au vert. Et, tout commence par le sapin dont la dernière tendance consiste à le fabriquer ou encore de détourner des objets du quotidien de leur fonction première. Exit donc les sapins artificiels, les sapins fraîchement coupés. Et, parce que cette fête de fin d’année ne se résume pas qu’au sapin, gros plan sur une sélection d’idées de cadeaux pour que Noël soit vert et heureux pour tous.

Une poule comme cadeau

En quête d’un cadeau original : la poule est le cadeau à offrir en cette fin d’année. À la ville, comme à la campagne élever des poules présente de nombreux avantages. L’occasion d’avoir de bons œufs frais le matin, et ce, toute l’année. En moyenne une poule peut pondre jusqu’à 500 œufs par an. Mais c’est aussi l’occasion de réduire la quantité de déchets produits, car une seule poule consomme jusqu’à 150 kilogrammes de déchets de cuisine – miettes, épluchures, restes de viande – par an. Outre le fait qu’il s’agisse d’un animal attentionné et affectueux, elle est également très facile à vivre. En effet, il suffit de prévoir un espace où elle peut courir, mais aussi s’abriter et pondre ses œufs, de l’eau et des graines. Animal de compagnie idéal, ses fientes sont aussi un excellent engrais gratuit et 100% naturel. Exit également les produits pour se débarrasser de certains nuisibles du jardin comme les limaces et autres escargots dont elle se délecte facilement. 

Une carte KDO

Alors que certains offriront une carte cadeau pour que le destinataire puisse aller s’acheter un vêtement, un objet culturel ou encore un jeu par exemple, il est tout à fait possible d’offrir une carte cadeau combinant solidarité et vœux de fin d’année. Une carte cadeau qui fera la différence à l’image de Sephora ou de Delacre qui permettent à des jeunes filles non scolarisées d’aller à l’école, de l’ONG Vision du Monde qui permet d’offrir des vaccins, un lit, une chèvre, permet d’offrir une chèvre ou encore une bicyclette auprès d’une population dont les conditions de vie sont misérables aux quatre coins de la planète. Il existe aussi la possibilité d’offrir un arbre pour lutter contre la déforestation grâce à Reforest’Action. L'UNICEF a également lancé sa « Happy Box » qui permet à des personnes dans le besoin de recevoir des biens de première nécessité. Il peut également s’agir de faire un don à Amnesty International qui propose d’offrir un don pour participer aux actions menées pour défendre les droits de l’Homme dans le monde. 

Un calendrier de l’avent pas comme les autres

Une chose est sûre, le business des calendriers de l’avent est florissant. Entre les parfums, les produits de beauté, les vêtements, les accessoires de mode, les chocolats, les décos ou encore les fromages notamment, ils foisonnent sur les étals des commerces et dans les pages des boutiques en ligne. Mais voilà, cette année, le calendrier de l’avent se veut solidaire. Il peut alors s’agir d’acheter un calendrier qui permet de financer des actions de solidarités comme celui proposé par l’Association Petits Princes ou encore d’opter pour le concept du calendrier de l’Avent inversé. Dans ce cas, l’idée qui vient d’une association belge, Solidarité SDF Mons, consiste à remplir une boîte chaque jour à partir du 1er décembre au lieu de la vider. Chaque jour, un produit de première nécessité – nourriture, vêtements, produits d’hygiène, livres ou encore jouets – viennent alors remplir le calendrier. Il faudra ensuite le remettre à une association caritative comme la Croix Rouge, les Restos du Cœur ou encore directement à une personne sans-abris le 25 décembre. Une idée originale dans l’esprit de Noël.

Pour finir, il est aussi possible de donner une seconde existante à des objets du quotidien en offrant un cadeau provenant d’une ressourcerie, d’une recyclerie comme celles fondées par la Fondation Abbé Pierre – en l’occurrence Emmaüs – au lieu d’acheter un produit neuf. Et, parce qu’il est possible d’agir sur la vaisselle de table. Exit le jetable ! Il existe aujourd’hui des alternatives biosourcées, compostables, voire comestibles comme c'est le cas pour les pailles.